Monitoring and evaluation


Back to Services

Region:    Global

L’Evaluation Finale du Programe D'appui a la Peche PAPASUD Senegal

DG EuropeAid Cooperation - Project Dates:
March 2006 - April 2006

Description of Project:
Le Programme d’Appui à la Pêche Artisanale dans la zone Sud « PAPA SUD » a été lancé en 2000 par le Gouvernement du Sénégal, avec l’appui financier de la Commission européenne (CE) par le biais du 8ème Fonds Européen de Développement (FED) et de l’Agence Française de Développement (AFD). En ce qui concerne le financement de la CE, le projet s’est achevé le 31 décembre 2005. L’objectif global du programme - de contribuer au développement durable de la pêche artisanale en utilisant au mieux les ressources halieutiques et en améliorant les conditions de travail des professionnels de la pêche – a été poursuivi sur six volets interdépendants:
  • aménagement des espaces du littoral en vue d’améliorer les conditions d’hygiène et la qualité des produits;
  • appui à la valorisation des produits de pêche;
  • appui à la gestion des ressources halieutiques;
  • appui au renforcement des organisations professionnelles ;
  • renforcement de la sécurité en mer; formation des acteurs élargie aux agents des collectivités locales et des services publics locaux. La zone géographique d’intervention concerne douze (12) localités et quinze (15) sites et onze (11) collectivités locales répartis administrativement en trois régions du Nord au Sud, entre la Petite Côte, les îles du Saloum et la Casamance.
  • Le programme a été cofinancé entre la Commission Européenne (CE) par le biais du 8ème Fonds Européen de Développement (FED), l’Agence française de Développement (AFD) et l’Etat du Sénégal à hauteur de 5,2 milliards de FCFA (8 millions d’euros).

    Services Provided:
    L’objectif principal du projet d’évaluation est d’établir, avec l’appui des acteurs institutionnels directement impliqués dans la mise en oeuvre, (Ordonnateur National, Maître d’Oeuvre, CNC, SOFRECO (via son bureau en France), CRODT et les deux bailleurs de fonds) le bilan d’exécution du programme. Il s’agit d’analyser de manière qualitative et quantitative les aspects d’efficience des différentes composantes du programme, ainsi que l’efficacité des actions menées, leur impact et leur viabilité. En fonction de ces éléments d’analyse, il devra établir les conditions nécessaires à une pérennisation des acquis du programme. Les objectifs spécifiques sont notamment :
  • En session de travail avec les principaux acteurs institutionnels : Une revue des étapes de préparation et de conception du programme visant à faire ressortir les rôles et responsabilités assumés par chacun ;
  • Une analyse de la logique d’intervention telle qu’elle ressort du cadre logique (en annexe), du cadre organisationnel et du mode d’exécution permettant une appréciation sur le fonctionnement du programme, sa cohérence interne, sa pertinence et le caractère opérationnel des indicateurs de suivi des performances ;
  • l’affectation des ressources du programme au niveau des différentes composantes conformément aux prévisions de base ;
  • la performance des acteurs institutionnels et expliquera les goulots d’étranglement qui ont entravé la bonne réalisation du programme ;
  • les activités effectivement réalisées par la CNC, SOFRECO et par l’ISRA/CRODT depuis leur mise en place en faisant un lien avec le schéma institutionnel et en faisant le rapprochement avec les prévisions du cadre logique initial ; le consultant devra également relever les actions pré-identifiées dans les Devis Programmes mais non exécutées.
  • la nature des activités réalisées par le programme sur le plan physique et financier et apprécier le degré d’implication des bénéficiaires ; notamment, il est demandé au consultant de dresser un inventaire des sessions de formation (nombre, fréquence, contenu, adaptation au projet, public cible), de leur efficacité par rapport aux objectifs poursuivis et de l’impact sur leur public et, le cas échéant, des nouveaux besoins qu’elles ont pu susciter.
  • la situation de référence en relation avec la situation de fin des activités pour mesurer de manière qualitative et quantitative la contribution globale du programme par rapport aux objectifs de base. Le consultant pourra émettre un avis sur l’articulation du projet avec la politique du Gouvernement sénégalais en matière de pêche, d’aménagement du territoire, de renforcement des organisations professionnelles et de décentralisation, et les autres actions menées par les bailleurs du secteur.
  • les perspectives éventuelles en termes de renforcement des capacités des GIE pour la maîtrise de la gestion des quais. Il est à noter que ce volet sera financé dans le cadre du projet STABEX par la CE.